Ensemble naturellement

04 mars 2015

LETTRE OUVERTE A CEUX QUI SONT CONTRE UNE LOI CONTRE LA FESSÉE

Chers parents, 

L'actualité parle beaucoup d'une loi contre la fessée. En effet, le conseil de l'Europe doit se prononcer aujourd'hui sur une réclamation d'une ONG britannique qui reproche à la loi française de ne pas interdire totalement les châtiments corporels envers les enfants. 

Cette décision fait largement débat: les "pour" et les "contre" la fessée. 
Cependant, ce que j'ai pu remarquer au fil des échanges, c'est que nous avions des objectifs communs:

  • Eduquer les enfants
  • Leur apprendre la tolérance et le respect
  • Diminuer la délinquance et les violences dans la société 

Pour ou contre la fessée, des valeurs fondamentales nous unissent et nous rapprochent. 

Nous sommes contre la fessée, et comme vous, nous ne souhaitons pas que les enfants soient livrés à eux même, qu'ils soient irrespectueux, agressifs, intolérants, violents... encore moins que la société soit moins sécure et que le taux de délinquance augmente. 

Nous sommes contre la fessée, et comme vous, nous souhaitons que nos enfants aient des limites et un cadre, qu'ils n'évoluent pas d'une ambiance où ils font ce que bon leur semble sans se soucier des autres, et se permettent d'insulter comme on dit "Je t'aime". 

Tout cela est possible! 
Il est possible de poser des LIMITES FERMES ET RESPECTUEUSES à son enfant (à tout âge) sans fessée, gifles ou menaces...

Nous souhaitons la même chose, seule la forme change: utiliser des alternatives à la fessée! 
Bien entendu, je peux comprendre que vous avez du mal à y croire. J'ai été moi même septique au début, et puis j'avais reçu des fessées, je m'en porte pas trop mal, je n'en suis pas morte. 
Mais s'il existe d'autres alternatives plus douces alors pourquoi ne pas les tester?  me suis-je dit. 

C'est là que j'ai découvert, il y a 9 ans l'éducation bienveillante, positive, sans violence. 
J'ai mis en place ces outils pour poser des limites fermes et respectueuses et rapidement je n'avais plus à utiliser mes mains pour éduquer mes enfants, mais seulement pour les câliner. Seule ma voix était suffisante à leur enseigner les valeurs de l''amour, du respect, les règles de vie en société, la tolérance... 

Pour ou contre la fessée, nous avançons vers un même but, main dans la main. Nous ne sommes pas vos ennemis, bien au contraire, nous voulons plus que tout un monde meilleur, car on récolte ce que l'on séme, et si nous semons de l'amour, nous ne pouvons que récolter de l'amour. 

Vous doutez encore? 
Je peux le comprendre. Quoi de mieux que tester et voir ce qui se passe dans vos familles...
Pour cela vous pouvez vous inscrire à ma newsletter ou vous abonner sur ma page facebook

Vous pouvez aussi participer à des ateliers près de chez vous, où vous partagerez avec d'autres parents qui sont confrontés au même difficulté. Ce n'est pas facile d'être parent, et être en groupe permet d'être plus fort. 
Les ateliers Vivre et Grandir Ensemble de Catherine Dumonteil Kremer - ici
Les ateliers Faber & Mazlish - ici
Les ateliers Gordon - ici
Les ateliers de la Discipline Positive - ici
Les ateliers Filliozat - ici

Je vous renvoie également vers un liste de livres consacrés à ce sujet qui pourront vous aider dans votre rôle parental qui n'est pas toujours évident. 

 

Parents est un métier difficile, nous sommes parfois démunis, à bout, ne sachant plus comment faire, c'est pourquoi il nous arrive de donner une fessée à notre enfant, cependant il existe des alternatives qui vous aideront dans votre quotidien et vous permettront de poser des limites fermes et respectueuses à vos enfants. 
Au plaisir d'échanger avec vous...

Laetita 

image

 


02 mars 2015

SOYONS RESPONSABLES

Hier soir, j'ai regardé un reportage sur France 5 " La sécurité alimentaire":

Chaque jour, des produits de consommation courante sont retirés en urgence des rayons par les autorités sanitaires, qui les jugent suspects ou dangereux à la consommation. Des alertes sont lancées quotidiennement à l'échelle européenne. Et les aliments bio ne sont pas épargnés par ces scandales, comme l'a montré l'affaire des graines germées en Allemagne, contaminées par l'escherichia coli. En cause bien souvent, l'importation de composants produits dans des pays où les contrôles s'avèrent difficiles, et où les normes européennes ne s'appliquent pas, comme en Chine. Enquête sur les filières d'approvisionnement de l'industrie agroalimentaire, en compagnie d'experts qui veillent à la sécurité des consommateurs, surpris de trouver du colorant industriel dans certains antibiotiques et des salmonelles dans la charcuterie.

Ce reportage m'a profondément retournée. J'avais la gorge serrée et le ventre noué à chaque image. En effet, j'y apprends que de nombreux produits de consommation proviennent de Chine. 

Par exemple, les sauces tomates utilisées pour les pizzas, de la marque Cabanon. Les tomates sont cultivées en Chine, ramassées et mis dans des camions qui attendent des heures voire des jours devant l'usine. Le journaliste dit sentir une odeur de pourri, nous voyons le jus des tomates qui coule des camions. Scandaleux!
Ces sauces tomates sont vendues sous une marque française, alors que les tomates sont chinoises, cultivées avec des pesticides par toujours autorisés en France, dans un environnement pollué! Et aucune norme oblige les industriels à noter la provenance des produits transformés. 

Le passage également sur le miel m'a choquée. En effet, le miel premier prix dans nos hypers est allongé avec de l'eau et du fructose et provient principalement de Chine. 
Pire! Parfois il ne s'agit pas de miel, mais d'un procédé chimique (mélange de sucres, en autre) qui permet de fabriquer du miel sans faire appel à nos abeilles, dont nous avons grandement besoin. 

Dans le but de proposer des produits toujours moins chers, et gagner en bénéfices, les industriels négligent notre santé et notre planète terre. 

"Un produit vous est proposé à bas prix? Ce n'est pas une super affaire. Quelqu'un paye... Et ce n'est pas la grande enseigne laquelle fait toujours plus de profits. Tout le monde le sait. Tout le monde a entendu et réentendu le sketch de Coluche " Quand on pense qu'il suffirait que les gens n'achètent plus pour que ça ne se vende pas!" Nous sourions, mais de là à modifier nos habitudes... "
Isabelle Filliozat -  Un zeste de conscience dans la cuisine


J'avais besoin de vous partager ce scandale, car dans nos consommations nous pouvons être acteur de tout ceci: consommer biologique, local, de saisons, privilégier les petit producteurs, le fait maison... 

Oui, le bio, le local... peuvent être plus chers, cependant notre acte d'achat montre que nous ne sommes pas en accord avec ces drames sanitaires et terrestres, que nous ne fermons pas les yeux face à cette planète qui se détruit devant nous, que nous prenons soin de nos abeilles, des sols, que nous souhaitons des aliments de qualité... 

Chaque petit geste est important...

image

26 février 2015

NATURE ET POÉSIE: L’ÉMERVEILLEMENT CHEZ L'ENFANT

Vendredi 13 février se tenait à Marseille "Les universités de la petite enfance". Une journée destinée aux professionnels de la petite enfance avec de nombreux intervenants. J'ai eu l'occasion d'y assister avec mon amie de Parents Partages
Il y avait des intervenants connus dans le milieu de la parentalité comme Olivier MAUREL (voir mon article d'hier) ou encore Catherine GUEGUEN, et j'ai pu faire la merveilleuse découverte d'autres acteurs essentiels qui nous ont offert un merveilleux discours. 

Ce fut le cas de Bernadette MOUSSY, pédagogue, historienne des institutions de la petite enfance, co-auteur des "Enjeux du métier d'éducateurs de jeunes enfants" et webmaster du site silapedagogie,  et Sevim RIEDINGER, psychologue clinicienne et psychotérapeute, qui ont débuté cette journée avec beaucoup de poésie en nous parlant de l'émerveillement et de nature. 

1455129_10201855504943041_1418656166_n

L'EMERVEILLEMENT ET LA GRATITUDE FONT GRANDIR
Bernadette MOUSSY nous dit que l'enfant s'humanise quand il rencontre le vivant. Tout ce qui est vivant autour de l'enfant lui offre des possibilités de grandir. 

L'enfant découvre le monde grâce à la nature. Il est émerveillé par ce qui se passe, par ces surprises qu'offrent la nature. Elle ajoute que la découverte du monde est la base des connaissances et donne ainsi envie à l'enfant d'aller de plus en plus loin dans ses découvertes. 

L'enfant découvre par tous ses sens: il touche, manipule, voit, sent... Ses sensations sont teintées d'émotions. Il manipule avec son coeur, ses mains et ses sens. 

"Si la connaissance n'est pas lié aux sentiments, sans cela l'enfant s'étiole et devient un adulte insatisfait" 
Rudolf Steiner

L'enfant vit des expériences de vie dans la nature. L'enfant va de découverte, en inquiétude (il pose des questions, se demande "pourquoi?"), et ensuite il vit des moments de réassurance. 
Ces découvertes vont être extrêmement positifs car l'enfant pourra affronter le monde en confiance avec ses parents. 

POURQUOI LA NATURE? 
Bernadette MOUSSY nous reconnecte aux merveilles de la nature, et nous rappelle que rien ne remplacera un morceau de bois, un galet...
L'enfant qui a un grand besoin de découverte et d'exploration trouvera une grande richesse dans une tour en bois à maintenir en équilibre au lieu de jouets qui s'emboîtent. 

Sevin RIEDINGER ajoute que l'enfant est trop sollicité, que l'on comble ses besoins matériels plus que ses besoins de connaissances. Elle plaide, alors, au droit à la rêverie, qui a sa place dans la journée de l'enfant remplie d'activités. 
En le laissant s'ennuyer, dans le silence, l'enfant va construire lui même son monde intérieur et imaginaire. Il va prendre le temps de vivre le bonheur du monde dans des choses les plus simples. 

Elle ajoute que c'est à contre courant de la société qui nous impose beaucoup de pression, de reussite, d'un maximum d'activités... Cependant, il est important de reconnecter l'enfant à ses joies d'enfants, de profiter de l'instant, de rien faire, d'imaginer, de créer, de contempler...

"On ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour nos yeux" 
Saint Exupéry 

CREER DE LA JOIE
Bernadette MOUSSY nous donne l'envie de mettre de la nature dans nos vies, dans la vie de nos enfants: 
- toucher des galets 
- semer des graines dans la terre qui attend...

C'est un peu lent, d'attendre que les graines poussent, cela demande beaucoup de patience... et au bout de quelques jours, c'est la surprise! C'est le jaillisement de la vie! Et peut être créer une fête quand les fleurs sortent? Ou encore fêter les saisons?...

LES DECOUVERTES GRACE A LA NATURE
En observant le rythme de la plante, l'enfant va apprendre à remplacer son impatience par la prudence. 
Il va aussi découvrir:
- le rythme du temps
- les lois de l'invisible 
- l'ordre de la nature (référence à Montessori)
- la notion des origines
- le cycle de la vie...

 

Nous sommes fait de la même essence que la nature. L'enfant grandit de la même manière que la nature. C'est pourquoi, nous nous sentons reliés à celle-ci et nous en avons besoin. 
Pourtant, nous passons souvent à côté d'un arbre en fleurs sans même le voir, le regarder, le contempler, le sentir... A l'approche du printemps et de la nature qui s'éveille, qui sort lentement de terre, prenons le temps d'être en lien avec la nature, de découvrir ses joies dans les yeux de nos enfants et de nous reconnecter à notre enfant intérieur. 

 

Article complémentaire du site de Bernadette MOUSSY: La nature et l'éducation

 Lectures pour aller plus loin:

      

Lectures - activités  pour enfants:

      

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 février 2015

OUI, LA NATURE HUMAINE EST BONNE!

Depuis quelques années, Olivier MAUREL, auteur de "La fessée" et fondateur de l'OVEO (observatoire de la violence éducative ordinaire), anime des conférences près de chez moi (il habite à Toulon) et je n'ai jamais eu l'opportunité d'assister à l'une de ses conférences.
Vendredi 13 février, j'ai eu enfin la chance de pouvoir l'écouter dans le cadre "Des universités de la petite enfance" à Marseille. 

olivier maurel

Olivier MAUREL est un enfant de la guerre, et c'est pourquoi il a souhaité comprendre comment les hommes pouvaient se faire violence les uns, les autres. 
Il a lu de nombreux ouvrages pour comprendre ce qui se cache derrière cette violence, mais ce sont les travaux d'Alice MILLER, dont le livre "C'est pour ton bien" qui furent une véritable révélation pour lui. 

" Toutes les violences commises ont pour origine des violences subies" 
Olivier Maurel

LA VIOLENCE ÉDUCATIVE ORDINAIRE
Olivier MAUREL explique que la Violence Éducative Ordinaire (VEO) est différente de la maltraitance. Elle correspond à la part de violence que l'on admet dans une société: gifles, fessées, violences verbales, insultes, moqueries, menaces, chantages...
Ces gestes sont considérés comme normaux, et ne sont pas donnés dans une mauvaise intention, au contraire, le parent a de bonnes intentions (éduquer son enfant). 

Il ajoute que ces gestes sont reproduits suivant un mécanisme de répétition (qui n'est pas automatique, fort heureusement!). Ce schéma se reproduit, donc, de génération en génération. 
L'enfant qui est frappé, apprend à frapper (neurones miroir), cependant il n'apprend pas à obéir. 

COMMENT Y ÉCHAPPER? 
A cette question, Olivier MAUREL répondra que la prise de conscience permettra d'arrêter ces VEO, qui pourra se faire que si les VEO ne sont pas acceptées par la société.
Il y a beaucoup de travail, à savoir qu'à ce jour plus de la moitié des parents giflent ou fessent leurs enfants.

" Toute forme de violence est inadmissible sur les enfants"
Olivier Maurel

RÉVEILLER LES CONSCIENCES
Pour Olivier MAUREL, il semble important d'informer les parents et de les sensibiliser
A ce sujet, il nous rappelle qu'un enfant nait totalement innocent et a des capacités relationnelles extraordinaires. 

Beaucoup d'études ont pu démontrer qu'un enfant est foncièrement bienveillant à la naissance. 
- Ils sont naturellement empathique (participe aux émotions de l'autre), qui est la base de l'humanité et de la compassion. 
- lls ont des attitudes favorables aux autres: les bébés sont altruismes, ont le sens de la justice 
- Ils ont le sens de la vérité

La théorie de l'attachement montre également l'importance du lien et de l'attachement pour la vie future de nos enfants: confiance et autonomie.

UNE LOI CONTRE LA FESSEE? 
44 pays dans le monde ont interdit les violences. 
La Suède est un formidable exemple. Le pays a pris des mesures d'aides pour accompagner les parents. 

En France, Edwige ANTIER, a fait une proposition de loi, il y a quelques années, en vain... 
D'après Olivier MAUREL, Laurence ROSIGNOL, notre actuelle secrétaire d'état à la famille, semble plutôt favorable à une loi contre la fessée. 
Autre point important pour Olivier MAUREL, une ONG a porté plainte contre la France, ce qui pourrait ainsi encourager les politiques à avancer. En effet, l'article 19, des droits de l'enfant, signé par la France (et renouvelé tous les 5 ans) interdit toutes formes de violence. 

2 ENFANT MEURENT CHAQUE JOUR EN FRANCE
Il est grand temps d'ouvrir les consciences, et que nos politiques aient le courage de mettre en place une loi avec un travail de sensibilisation, d'information et d'accompagnement.
En effet, le taux de maltraitance grave est proportionnelle aux taux de violence que l'on tolére. Donc, si les VEO ne sont plus tolérés, les maltraitrances graves vont considérablement chutées.  

Nous devons agir collectivement pour un changement d'attitude et que nos enfants puissent grandir dans un monde de paix. 

 

Quelques lectures pour aller plus loin:

    

Pour enfants:

19 février 2015

DEMAIN EST UN AUTRE JOUR!

Parfois, j'ai envie de légèreté, de changement, de lectures autres que l'éducation bienveillante ou la psychologie positive, et c'est là que j'apprécie lire des excellents romans qui font du bien au coeur et au corps.
Ce qui fût le cas de ma dernière lecture: Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman. 

À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu’elle va hériter de l’empire de cosmétique familial. Mais, à sa grande surprise, elle ne reçoit qu’un vieux papier jauni et chiffonné : la liste des choses qu’elle voulait vivre, rédigée lorsqu’elle avait 14 ans. Pour toucher sa part d’héritage, elle aura un an pour réaliser tous les objectifs de cette life list... Mais la Brett d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec la jeune fille de l’époque.
Enseigner ? Elle n’a aucune envie d’abandonner son salaire confortable pour batailler avec des enfants rebelles. Un bébé ? Andrew, son petit ami avocat, n’en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s’y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C’est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que...
Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d'imaginer ce qui l'attend.

demain-est-un-autre-jour-9782266236799_0

Dès les premières pages, j'ai été captivé par l'histoire de Brett: trentenaire, une vie tranquille, un job, un amoureux, un appartement... cependant au décès de sa mère, elle lui laisse le plus beau des cadeaux: sa liste de rêve qu'elle avait rédigée à l'âge de 14 ans. Elle ne sait pas encore que c'est le plus beau cadeau que sa mère ait pu lui laisse. Page après page, j'ai pu me reconnecter avec Brett à l'essentiel de la vie. 

Un roman frais, agréable à lire, qui fait beaucoup de bien.

Je terminais par vous partager une des citations qui revient régulièrement dans le livre et qui m'a beaucoup touchée:

"Faites une chose tous les jours qui vous fait peur."
Eleanor Roosevelt

 

D'autres romans qui m'ont fait du bien...

      



17 février 2015

J’ARRÊTE LES SHAMPOINGS!

Depuis quelques mois, je suis fortement tentée par le no-poo, méthode pour ne plus utiliser de shampoing "chimique" pour se laver les cheveux. Cependant je n'ose pas franchir le cap: Trop contraignant? Trop compliqué? Acheter des produits que je ne vais plus utiliser au bout de 2 semaines d'essais?... Beaucoup d'interrogations m'ont freiné pour entamer des tests...jusqu'au partage de cet article sur ma page facebook... 

 

Suite à cette publication, mon amie, Karine, du blog A Vrac Adabra me propose que l'on teste ensemble. Elle me lance donc le défi de tester le no-poo dans son dernier article ;) 
"Avec mon amie Laetitia de Ensemble Naturellement nous allons nous lancer le défi de tester cette méthode, très prochainement. En attendant je teste plusieurs choses. J'y vais pas à pas pour ne pas abandonner."
Défi lancé! J'ai commencé mon aventure no-poo il y a une semaine!

LES PRODUITS
Un de mes freins était d'acheter des produits spécifiques. En effet, si je ne suis pas convaincue, cet investissement aurait été inutile. 
Dans les commentaires, sur la page facebook, le shampoing à la farine de pois chiche a été plusieurs fois recommandé. Chouette! De la farine que je peux utiliser en cuisine si cela ne me convient pas.
Direction, mon magasin bio pour prendre le nécessaire pour mon expérience no-poo:
- de la farine de pois chiche
- du vinaigre de cidre (pour le rinçage)
- une brosse en poil de soie de sanglier (pour le brossage, très important dans le no-poo)

photo

JE PASSE A L'ACTION
Ca tombe bien chez les cheveux bien cra-cra, je dois me les laver!
Mon ami google me déniche une super recette de shampoing à la farine de pois chiche sur le blog Clémentine La Mandarine 

2 cuillères à soupe de farine de pois chiche
2 cuillères à soupe d’eau
optionnel : 1 cuillère à café de sirop d’agave - hydrate les cheveux, gaine, aide au démêlage ( chouette, j'en ai!)
optionnel : 1 cuillère à café d’aloé verra - pour les cuirs chevelus les plus sensibles (tant pis une prochaine fois)

Je prépare ma mixture. C'est au final très rapide et très simple à faire. 
Je prépare également un verre avec 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre et de l'eau froide pour le rinçage. 

Direction la salle de bains. Je me mouille cheveux et j'applique en petite dose sur mes cheveux mon shampoing à la farine de pois chiche. J'ai l'impression de me faire un gommage sur les cheveux, j'ai des tas de petits grains dans ma chevelure. La sensation et l'odeur sont plutôt agréables. 
Mais bon, je dois vous avouer que je m'inquiéte... Est ce que ces petits grains vont partir ou vais-je me retrouver avec une chevelure type pelliculaire? 

Place au rinçage. Je rince mes cheveux à l'eau claire, pas trop chaude. Jusque là tout ressemble à un shampoing normal. 
Puis, je finalise en me versant le verre d'eau froide additionnée au vinaigre de cidre sur mes cheveux. 

Voilà c'est fini! C'est très simple, rapide, voire plus rapide que mon shampoing et masque que je fais habituellement. 

J'essore et sèche un peu mes cheveux avec une serviette, et je m'apperçois qu'il reste quelques graines de farine de pois chiche. Mince, pas top mais je continue mon expérience. 

Pour tester jusqu'au bout, je décide de me coiffer comme d'habitude, et de me faire un brushing. Je remarque alors que mes cheveux bouclés sont souples et se placent très bien. Mon brushing se fait très facilement, et.... Plus aucune graine dans mes cheveux! Tout est parti avec le séchage. 
Whaou, je suis très contente. Maintenant reste à voir si le no-poo tient dans la durée ou mes cheveux vont-ils vite graisser? 

AU QUOTIDIEN
C'est là qu'arrive l'utilité de ma super brosse écologique. L'une des étapes les plus importantes du no-poo est le brossage:
- de préférence matin et soir
- 5 à 10 minutes, tête en bas, d'un côté, de l'autre, tête en arrière...

Le brossage permet de lisser le sébum et ne pas rester concentré à la racine. 
Cela devient mon petit moment de bien-être, mon moment rien que pour moi, ou je prends soin de mon corps. Après le coucher des garçons, je me chouchoute dans la salle de bains: nettoyage du visage et tout son rituel, et bien sûr le brossage de mes cheveux. 

Pour une meilleure efficacité, il convient de nettoyer la brosse après chaque brossage. Pour le moment j'enlève les cheveux que la brosse a attrapé, et ensuite je la passe sous l'eau. 

MES IMPRESSIONS
J'ai fait mon shampoing à la farine de pois chiche lundi soir, en fin de semaine mes cheveux commencait à graisser. J'ai fait un rapide shampoing sec à base de bicarbonate de soude (il faut que je planche un peu plus sur cette méthode), et je me suis fait un nouveau shampoing à la farine de pois chiche dimanche. 
Je suis ravie du résultat, des cheveux souples et brillants. 
Petit à petit, je peaufine mes pratiques. Par exemple, j'ai noté qu'en humidifiant légèrement mes pointes cela hydrate mes cheveux et les rend encore plus beaux. 
Ces débuts en no-poo sont très convaincants. Mes freins se sont vite envolés: ce n'est pas compliqué, ce n'est pas contraignant, et il n'y a pas d'investissement particulier à faire. 
J'apprècie beaucoup de pouvoir utiliser des ingrédients de ma cuisine, de ne produire aucun déchet en me lavant les cheveux, de prendre soin de moi et de la nature. 
Il suffit de faire le test pour voir que c'est aussi simple qu'un shampoing chimique. Le début de mon aventure no-poo semble enclenchée! 

10 février 2015

FRUSTRATION!

Mes garçons portent tous les deux des lunettes. Chaque année, le choix des lunettes est un moment privilégié. Les garçons choisissent leur monture, la forme, la couleur... 

Malheureusement dans l'année, il arrive que les lunettes se cassent et doivent partir en réparation. Ce qui fût le cas, il y a quelques semaines.
Hier, nous sommes allés récupérer les lunettes noires et jaunes de Hugo. Et là... Surprise! Les lunettes jaunes sont devenues bleues marine :/
Je fais remarquer l'erreur à l'opticien, et il m'informe que les lunettes jaunes ne se fabriquent plus, d'où le changement. 

10264282_10203754696501643_2508983816804022533_n

Hugo, qui adorait ses lunettes, s'est effondré. Il était en larme, déçu, triste. 
Ce changement imprévu a provoqué des tas de choses en lui et dans son cerveau: submergé par les émotions, il ne pouvait plus rien contrôler. Son corps est devenu tout mou et des larmes coulées sur son visage.

"Que son frère lui prenne un jouet ou que vous lui refusiez quelque chose, la perte vous semble minime, mais pour son cerveau encore immature, il est incapable de relativiser, c'est un drame. En pensant à la glace qu'il espérait, son cerveau a fabriqué de la dopamine et enképhalines, molécules du plaisir et de l'anticipation de la récompense. Quand vous refusez de la lui donner, le taux de ces molécules chute brutalement et déclenche une réaction d'agression vers le premier objet ou la première personne présents. L'enfant frappe ou crie en manière de protestation par simple immaturité des circuits entre les zone du plaisir, de l'agression et les zones qui maîtrisent les impulsions. La perte active les centres de la douleur dans le cerveau, et provoque une chute fulgurante du taux de peptides opioïdes. Il a besoin d'apprendre à traverser ces émotions sans en avoir peur."
J'ai tout essayé - Isabelle Filliozat 

  • VALIDER SON RESSENTI
    J'ai donc mis des mots sur ce qu'il ressentait à ce moment là: "Tu es triste de ne pas avoir les lunettes jaunes. Tu les aimais beaucoup."

  • LE CÂLINER
    Je l'ai pris dans mes bras pour qu'il est la possibilité de pleurer en étant accompagner, et surtout pour l'aider à soulager les tensions provoquées dans son corps. 
    En effet, les câlins permettent la sécrétion d'ocytocine, ce qui aide l'enfant à s'apaiser. 

  • DONNER DU PLAISIR
    Je cherche alors quelque chose de positif dans ces nouvelles lunettes, pour ainsi lui redonner du plaisir. Quel bonheur! Elles sont bleues blanches et rouges... ses couleurs préférées
    "Regarde la couleur: bleu-blanc-rouge. Les couleurs que tu adores! Les jaunes étaient très belles et là ce sont tes couleurs préférées. Quelle chance!" 

Très rapidement, il a accepté de les mettre, afin que l'opticien puisse procéder aux réglages. En sortant de la boutique, nous avons fait un gros câlin. Nous avons pris un petit temps pour échanger, et le voilà maintenant fier avec ses nouvelles lunettes. 

 

Quelques lectures pour aller plus loin pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau et le corps de nos enfants: 

    

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 février 2015

VIVE LA CHANDELEUR !

Hier, c'était la chandeleur et qui dit chandeleur dit... crêpes! 
Des crêpes, oui, et sans gluten (en référence à mon billet d'hier) c'est encore mieux. 

L'année dernière, j'avais testé la recette du blog de Valérie Cupillard ici
J'ai repris la même recette et je l'ai adapté... Que j'aime ces expériences culinaires :) 

recette_sans_gluten_pate_a_crepes_a_la_chataigne_

Voici la recette légèrement modifiée de mes crêpes hier soir:
120g de farine de sarrasin
90g de farine de riz
1 cuillère à café d'huile d'olive
1 oeuf
500ml de lait de riz

Nous avons déguster des crêpes salées et des crêpes sucrées. La pâte est idéal pour les deux saveurs. 
Mes garçons ont bien appréciés les crêpes et ce moment partagé ensemble autour de la crépiére (6 petites crêpes)

Vous avez vu, ce n'est pas si difficile de cuisiner sans gluten ni lactose. Envie que je vous partage quelques une des mes recettes?
En attendant testez et dégustez ces bonnes crêpes 

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 février 2015

UN ZESTE DE CONSCIENCE DANS LA CUISINE

L'écrivaine Amélie Nothomb dit "Un livre, c'est un détonateur qui sert à faire réagir les gens.", et je dois dire que la lecture du livre d'Isabelle Filliozat " Un zeste de conscience dans la cuisine" me fait énormément réfléchir ces derniers jours.

"Dans cet ouvrage, Isabelle Filliozat nous initie à cette nouvelle spécialité en train de naître dans le monde anglo-saxon: la psycho-nutrition.
De nos jours où le temps est compté, où surgelés et plats préparés envahissent les tables, elle nous invite à réinventer notre cuisine. Vous découvrirez comment respirer en conscience, développer attention et concentration, tenir compte du régime de chacun, de faire une pizza pour libérer la colère, dire votre amour avec de petits éclairs (sans sucre) et préparer un soufflé spectaculaire tout cela en luttant contre la pauvreté et contre la violence des jeunes"

 Slider-Un_zeste_de_conscience_dans_la_cuisine1

Cette lecture m'a fait beaucoup de bien. Ce livre m'a redonné l'envie de cuisiner, de tester, de faire des expériences culinaires, de vivre l'instant présent dans les préparations des plats et également lors de leurs dégustations.
De nombreuses recettes agrémentent le livre et des variantes pour cuisiner les plats différemment. Ces possibilités m'ont permis de prendre goût aux "risques" dans la cuisine, et je dois dire que depuis cette lecture je m'amuse beaucoup avec les plats. Parfois les tentatives sont concluantes, parfois immangeables!

Aujourd'hui, j'ai testé les meringues maison. Je n'avais jamais osé, car j'avais la crainte de rater mes blancs, ou la cuisson (basse température pendant 2h30 avec la porte du four un peu ouverte). 
J'ai apprécié cette préparation, cette nouvelle expérience culinaire. J'ai aimé voir se former une belle croûte sur mes meringues, et j'étais encore plus fière quand mon cadet m'a dit "hum c'est trop bon!"

Depuis ma lecture, durant les vacances de Noël, j'ai pris conscience des effets du gluten et du sucre blanc sur le cerveau. En effet, Isabelle Filliozat nous partage de nombreuses études scientifiques et démontre que le gluten et le sucre peuvent jouer sur la patience, l'agréssivité, l'humeur, la qualié du sommeil...

"Il y a plus de vingt ans, dans une prison aux Etats Unis, dix modifications ont été introduites dans le régime alimentaire d'une population de soixante-huit prisonniers. Toutes les formes de sucres raffinées ont été supprimées. Les recettes contenant du sucre ont été modifiées pour intégrer de la mélasse ou du miel. Les desserts et en-cas ont été remplacés par des fruits frais, des noix et des graines. Les boissons sucrées comme les sodas et la limonade ont été remplacées par des équivalents sans sucre. Tous les aliments provenant de boîtes de conserve ont été rincés à l'eau fraîche avant consommation. 
Sept mois plus tard, le résultat est édifiant, le nombre de jeunes posant problème a baissé de 80%. Et le nombre total d'incident graves de comportements a baissé de 45%. Pour quelle raison cette expérience n'a-t-elle pas été suivie d'autres études? Pour quelle raison continue-t-on a donner toujours plus de sucre blanc à nos enfants dans les écoles jusqu'à installer de plus en plus de distributeurs de confiseries et de sodas, pour se plaindre ensuite des incivilités et de la violence des jeunes?"
 

Un enfant trop agité ? Quel est son carburant ? - Isabelle Filliozat

 Avant de changer les habitudes alimentaires de toute la famille, j'ai souhaité modifier mon alimentation et ainsi constater les métamorphoses. Ce n'est pas toujours évident car je n'ai pas l'habitude de cuisiner sans gluten, et on en trouve partout. Je ne veux pas non plus que cela soit une contrainte ou une difficulté pour moi, et comme le sugére Isabelle Filliozat je ne souhaite pas être stricte et m'autoriser une bonne pizza ou un morceau de pain bien craquant comme j'en ressens l'envie.

Depuis cette lecture, j'ai considérablement diminué ma consommation de gluten et sucre blanc (j'ai également éliminer le lactose en prévision des allergies aux cyprès).
J'ai réussi à tenir une semaine "sans craquer". J'ai pu noter des effets bénéfiques au niveau de mon corps (ventre moins ballonné) et également sur mon humeur. J'étais beaucoup plus patiente avec mes enfants et de très bonne humeur.
Petit à petit, j'intégre ces changements dans les plats des enfants pour qu'ils s'adaptent à ces nouveaux goûts:
- sucre muscovado, sucre de canne complet, sirop d'agave, miel...
- farine de châtaigne, de riz, de sarrasin...

J'ai tenté une expérience de gâteau marbré avec farine de riz et sirop d'agave. Je n'avais pas assez sucré et il n'avait pas assez gonflé. Un véritable fiasco!
J'ai donc profité des bons cadeaux de Noël pour me faire plaisir et acheter le livre de Marie Laforêt "Vegan". Un livre magnifique, de belles photos, de nombreuses recettes faciles à préparer... Prochain achat, le livre de Valérie Cupillard. Ces ouvrages m'aideront grandement dans ces résolutions alimentaires.

"Un zeste de conscience dans la cuisine" m'a boosté pour avoir une alimentation plus équilibrée: faire attention pour mon corps, mon être et également pour la planète. Isabelle Filliozat aborde avec un franc-parlé que j'ai beaucoup apprécié, le point de vue de "l'écologie politique", et rappelle à quel point l'engagement personnel de chacun est important pour changer la société

" Écraser les coûts de production signifie jouer sur l'humain, écraser les salaires, la protection sociale...
Oui, le bio est plus cher que le non bio, parce qu'il rémunère correctement le producteur. Mais aussi parce que les filières intensives sont subventionnées, vous avez déjà payé la différence avec vos impôt! De plus, si le bio est (parfois) plus cher à l'achat, il ne l'est pas forcément dans l'assiette, car les produits ne sont pas gonflés d'eau et ont conservé leur qualité nutritive."


Je vous recommande vivement cette lecture riche et complète. Isabelle Filliozat aborde de nombreux thèmes: de la méditation aux allergies alimentaires, en passant par les émotions et notre capacité à recevoir ou pas lors d'un repas...
Ce livre m'a aidé à renforcer mes démarches pour notre bien-être et surtout pour notre planète et pour une société plus humaine.

Pour aller plus loin:

  

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 janvier 2015

OSER SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

La semaine dernière, une copine me propose de participer, avec elle, à une nouvelle activité: le théâtre clown. 

Voilà ce qui est dit sur le théâtre clown sur la brochure:

" Loin du clown de cirque, le clown de théâtre est celui qui vit l'instant présent, et s'en amuse avec naïveté et innocence... Il veut distraire mais rate toujours son coup, puis utilise ces même ravages pour faire rire! Dans cet atelier, il s'agira de "trouver son clown" en puisant dans son imaginaire, son corps, sa maladresse...
Par des exercices d'écoute et de relâchement, ces séances mêleront jeux d'improvisations individuels et collectifs, travail d'imagination avec objets, passages à la scène.
L'objectif est de parvenir à "lâcher-prise", donner du corps à son imaginaire, s'épanouir dans la relation à l'autre, retrouver l'inspiration (le souffle) dans le quotidien. C'est faire du théâtre de tout et avec tout!"

A la lecture du message de ma copine, il y a un petit quelque chose qui vibre en moi.
Et puis il y a "jeux d'improvisations", "travail d'imagination", "lâcher-prise"... Des croyances d'enfance qui remontent en moi, ma timidité qui resurgit, et la peur qui prend le dessus et me bloque. 

Je me laisse alors tout le week-end de réflexion pour participer à cette activité prévue le lundi soir. Ma copine me dit alors qu'elle s'est lancée dans cette activité quand une certaine Laetitia (c'est moi!!!) lui a proposer de sortir de sa zone de confort. 

image

Ce message me touche beaucoup, je suis émue à sa lecture. Je sais à quel point il est bon de sortir de sa zone de confort, nous en parlons régulièrement sur le groupe, et là j'en suis incapable. 

Mes peurs vont-elles continuer à me dicter ma vie? Mes peurs vont-elles me bloquer à vivre des moments sensationnels? 
STOP! 
Je respire profondément et j'accepte sa proposition. 

A mon grand étonnement lundi soir j'étais détendue pour aller à cette activité. 2h de théâtre clown m'attendent. 
Improvisations, mimes, mouvement du corps clownesque... jamais je n'aurais imaginé pouvoir faire tout cela. Je suis fière de moi d'avoir réussi et osé, et mieux... d'avoir pris beaucoup de plaisir. 
Je suis certaine que ces ateliers vont m'aider à gagner en confiance en moi et arriver à lâcher-prise. 

Ce n'est pas facile de sortir de sa zone de confort, on y est bien, en sécurité... et pourtant c'est ailleurs que les merveilles se passent: de belles rencontres, s'élèver, apprendre sur soi... 
Cela demande un peu d'énergie, d'aller au delà de ses croyances, ses peurs, ses doutes, ses "bonnes" excuses, et ça en vaut la peine. 

Il reste encore des places, rejoignez-nous au théatre clown aux Milles (prés d'Aix en Provence)
Plus d'infos ici

28 janvier 2015

LE SAVON A FROID: DOUX POUR LA PEAU... ET LA PLANETE

Aurélie de la "Savonnerie de Pré en Bulles" m'a offert avant Noël, un savon à froid. J'ai enfin oser le tester et je n'ai qu'un seul regret: Pourquoi ne pas avoir testé plus tôt ?!?

Il est vrai que j'avais quelques réticences à utiliser le savon pour me laver. Je garde des souvenirs, pas très agréables, de peau qui tiraille. 
Cependant, avec le savon d'Aurélie que j'utilise depuis 15 jours, ma peau ne tire pas, elle est même douce et sent magnifiquement bon. 
Je me lave également le visage avec ce savon, et l'effet est tout aussi agréable. 

image

Aurélie m'a expliqué que le savon à froid et enrichi naturellement en glycérine, élément que nous ne trouvons plus dans les savons achetés en supermarché. La glycérine permet de nourrir la peau en profondeur. 
Ces savons, d'artisans passionnés, sont fabriqués avec des matières naturelles, respectueuses de la peau. 

En plus d'enrichir la peau, ces savons sont bons pour la planète. En effet, il n'y a pas de contenant en plastique et donc pas de déchet! 

L'émission "La quotidienne" sur France 5 a fait un reportage sur le savon à froid, ce reportage est complet. Je vous recommande de le regarder pour avoir plus d'informations et ainsi choisir un vrai savon à froid. 

Testez les savons et visitez la boutique d'Aurélie et de d'autres petits artisans près de chez vous qui font un travail fabuleux. (comme Fressimouss, une savonnerie qu'une de mes amies à l'autre bout de la France affectionne beaucoup)

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 janvier 2015

DES SEPARATIONS SANS LARMES

Hier soir, j'étais de sortie pour tester une nouvelle activité (je vous en parle bientôt!). Tout s'est décidé dans l'après midi, j'ai donc prévenu les garçons dès que possible que je devrais partir après le repas et que leur papa allait s'occuper du coucher. 

Au moment de mon départ et des bisous, Hugo m'a demandé de faire des bisous à son doudou. J'ai pris son doudou, je l'ai embrassé bien bien fort, et je lui ai dit "Doudou est rempli de bisous". J'observais son visage apaisé, détendu et surtout confiant. 

A mon retour, mon mari m'informe que le coucher s'est magnifiquement bien passé et que Hugo lui a dit "Maman, elle a mis pleins de bisous dans doudou" avant de s'endormir. 

image

Le "sac à bisous" est une solution évoquée dans le livre d'Elisabeth Pantley - Elle est où, maman? - pour aider les enfants dans les séparations. 

"Dans son très joli livre, le bisou secret, Audrey Penn raconte l'histoire d'un petite raton laveur qui a peur de son premier jour d'école. Sa maman, pleine de sagesse, embrasse la paume de sa main et lui explique que s'il s'inquiète, il peut la presser contre sa joue et se dire "Maman m'aime". Elle ajoute que son bisou sautera de sa main à son visage et lui fera tout chaud au coeur. 
Voilà une idée géniale, parce que l'enfant peut à tout moment poser discrètement sa main sur sa joue et se remonter le moral. C'est aussi une façon de reconnaître ses craintes et de lui faire savoir à quel point nous comprenons ses sentiments et souhaitons l'aider à trouver une solution."

Sur le forum "Ensemble Naturellement", une maman solo expliquait que lorsque son fils est chez son papa, il part avec son sac à bisous. Un soir, au téléphone, il a dit à sa maman que le sac était vide. Elle lui a confié qu'elle allait envoyer des lutins le remplir. Le lendemain, son petit garçon était heureux de lui dire que son sac avait bien était rempli. 

 

Ces petits rituels peuvent aider les enfants à passer le cap de la séparation en toute confiance. Cependant, il conviendra peut-être d'écouter et d'accompagner les émotions (pleurs) pour se dire au revoir calmement. 

 

Lecture pour les parents:

Lecture pour les enfants: 

 

Posté par nolanhugo à 12:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 janvier 2015

MAMAN BOBO?

Ce n'est pas facile quand est parent et que l'on est malade. Cela a malheureusement était mon cas mardi et mercredi. 
Maux de ventre, vomissements, bien affaiblie... cela m'a nettement empêché d'être disponible pour mes enfants. 
Malgré mes appréhensions, mes enfants ont été formidables (et le papa aussi!)

image
Source photo: merveilleux blog à découvrir "It's a mum life"

Tout d'abord, nous avons simplement informé nos enfants de mon état et de mon besoin de calme. Ils ont alors les cartes en main et savent quel comportement adopter. Les garçons ont pris soin de moi: des câlins, des bisous...

Ils ont également largement participé aux tâches quotidiennes. D'habitude, ils rechignent à faire leur lit, mettre leurs affaires au sale... et depuis ces jours là ces routines semblent bien ancrées. 

Mes enfants sont grands, bientôt 9 ans et 5 ans et demi, cependant je me souviens de maladie lorsqu'ils étaient bébés et allaités. Ils ont toujours été moins demandeurs durant ces périodes de maladie durant laquelle je pouvais moins gérer mon rôle de mère. 

Aurélie, maman du groupe très très privée "Mieux vivre ensemble naturellement", malade également et maman de deux enfants dont l'ainé à 3 ans, nous partageait sur le groupe:
"J'ai la crève, je suis épuisée et j'ai pris le temps de d'expliquer ma fatigue à mon fils de 3 ans! et ben il m' a dit :"t'inquiète pas Maman, va te reposer, moi je m'occupe seul"! Il a joué 3 heures sans bruit dans sa chambre sans aucune betise!!! et au réveil, il me demande si je suis soignée, et si je peux jouer un peu avec lui!!! 
Il prend des initiatives, passe le balai sans que je lui dise après les repas, mets la table!! Il est adorable, gentil!!  L'ENV (l'éducation non violente) ça marche vraiment mais il faut un peu de temps pour que tout se mette en place!!!!!" 

 

Communiquer avec ses enfants, leur expliquer notre état, nos besoins... permettra de gagner en sérénité dans l'ambiance familiale, ce qui est bien utile quand on est malade. 
Courage à tous les parents dont les virus se sont invités dans vos maisons. 

14 janvier 2015

JE SUIS AMOUR

Dimanche, je ne suis pas allée au rassemblement.
En effet, suite à cet attentat, au fil des jours, je ne me retrouvais plus dans cet esprit de masse.
Mon cœur m'y appelé (en hommage pour les personnes assassinées, pour la paix, pour la liberté d'expression, pour les libertés - de croire, d'aimer...) et ma conscience me disait de ne pas y participer (récupération politique, des chefs d'Etat en tête de cortège alors que dans leur pays la liberté d'expression n'est pas...)
Bien que j'ai choisi de ne pas participer, je suis fière de cet élan d'amour, de paix, le temps d'un rassemblement ensemble main dans la main.
LUTTER CONTRE LE TERRORISME
Je ne souhaite pas lutter contre le terrorisme, il s'agirait alors de violence. Je préfère AGIR POUR:
- la liberté d'expression, les libertés
- le respect
- l'amour et la tolérance
Et pour agir, pour un changement, il me semble important de s'intéresser à la terre, aux racines, plutôt que de nettoyer et enlever les mauvaises herbes.
Tant que la terre n'est pas saine, les mauvaises herbes repousseront.
FERTILISER LA TERRE
Un bébé est fondamentalement bienveillant, comme le souligne l'article de l'OVEO (Observatoire de la Violence Educative Ordinaire) "On ne naît pas terroriste, on le devient..."
Enfance difficile, manque d'instruction, regroupement de personnes en difficulté... tous ces critères favorisent l'extrémisme.
Des êtres faibles, en manque d'amour, en manque d'instruction sont des proies idéales pour des personnes qui veulent faire croire certaines choses et inciter à faire les pires atrocités. Ces proies en manque de reconnaissance sont alors regardées, considérées..
Boris Cyrulnik explique parfaitement bien ce schéma dans cette interview ici.
COMPLICE DE CET ATTENTAT?
Isabelle Filliozat affirme sur son compte facebook "Nous sommes tous responsables de la tuerie, parce que nous les avons collectivement laissé devenir ce qu'ils sont devenu."

 

 

 

Nous sommes tous indirectement complices de cet attentat. Ces paroles sont d'une extrême dureté, je le conçois. Cependant, afin que de tels actes cessent, il me semble important d'ouvrir les yeux et d'entreprendre des actions à la base du problème:
- aider les parents dans leur rôle parental
- accompagner les familles en déclin
- enseigner le langage de l'amour...

Je n'ai pas marché dans la rue contre le terrorisme.
Je prône la non-violence, le respect, la tolérance... et c'est pour cela que je continuerai toujours et encore plus à semer des graines de bienveillance à travers le blog, la page facebook, mes ateliers.
Cette année, j'ai choisi d'adhérer à l'OVEO pour mettre en place des actions encore plus concrètes et importantes pour que des projets se mettent en place et que l'Etat ne délaisse pas la parentalité, et que nos générations futures soient bercées dans le respect et la bienveillance.
C'est une lourde tâche, enlever des croyances sur le soit disant bien fondé de la punition par exemple... et j'espère de tout coeur que chacun de nous ouvrira les yeux.

image

 

Article complémentaire: Petite recette de manipulation de masse: Tous Charlie

07 janvier 2015

ILS N'ARRETERONT PAS NOS JOURS HEUREUX

Aujourd'hui, mon coeur est meurtri. 
Aujourd'hui, je suis profondément choquée par cette violence, ces actes sanglants mettant en péril notre liberté. 
Ce soir, nous avons choisi d'en parler avec nos enfants pour que plus jamais de tel attentat ne se passe. 

Ce soir, j'ai souhaité sortir de mon coffre à trésor, un livre qui attendait d'être découvert, d'être lu. Il me semblait que ce soit le bon jour pour apporter de la douceur à mes enfants et au monde: Le conte chaud et doux des chaudoudoux 

image

En ce temps-là, tout le monde vivait très heureux et échangeait d'inépuisables chaudoudoux, jusqu'au jour où l'abominable sorcière Belzépha conçut un plan diabolique...

image

 

Ce soir, j'ai envie comme Julie Doudoux, dans ce livre de Claude Steiner, de vous offrir des chaudoudoux en abondance sans crainte d'en manquer.
Ce soir, j'ai eu envie de partager avec mes enfants ce doux conte pour leur apporter de l'amour, pour les inviter à donner des chaudoudoux en abondance, sans compter. 
Ce soir, je suis envahie d'émotions ambivalentes. J'ai à la fois peur de ce monde si violent, et j'ai en même temps un profond espoir en nos enfants, et croire en une fin heureuse dans ce conte comme dans ce monde. 

Des tas de chaudoudoux à tous

02 janvier 2015

NE VOUS PRIVEZ PAS D'ÊTRE HEUREUX...

"Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n'écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd'hui!
Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement!

Ne te prive pas d'être heureux!"

Pablo Neruda - Il meurt lentement 

 

image

Posté par nolanhugo à 15:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 décembre 2014

CULTIVER ET SEMER LE BONHEUR

Depuis le 1er décembre, je vous partage des injonctions que nous avons l'habitude d'entendre voire de prononcer, pour ainsi tenter de:

  • porter un nouveau regard sur les enfants,
  • comprendre vos automatismes et mettre en place des changements
  • accompagner avec bienveillance votre enfant pour une meilleure ambiance familiale

J'espère que chacun de ces articles ont pu vous aider, vous ont ouvert des portes et permis d'avancer sur votre chemin de jardinier.
Le calendrier de l'avent est en train de se refermer tout doucement, pour laisser place aux vacances et aux fêtes en famille.

Je vous souhaite de beaux moments en perspective avec vos enfants pour ainsi remplir leurs réservoirs.

réservoir-affectif

Je vous recommande d'exprimer vos besoins afin d'éviter l'effet de bombe et exploser en colère: Derrière chaque colère se cache un besoin insatisfait!
Prenez le temps de comprendre ce qui a provoqué votre colère:

  • Qu'ai-je ressenti à l'intérieur de moi? 
  • Quel était mon besoin insatisfait? 
  • Qu'aurais-je pu mettre en place? 

Cette fois vous avait dérapé. Soyez indulgent avec vous. Vous faites de votre mieux. Prenez le temps de vous excuser auprès de votre enfant, de lui expliquer que cela n'a rien à voir avec lui, que vous l'aimez, qu'il est difficile de maîtriser votre colère.
Prenez le temps de vous reconnecter à vous en répondant aux questions précédentes, vous pouvez tenir un journal de bord pour voir vos progrès. Et prenez le temps de vous reconnectez à votre enfant, pour lui montrer qu'il est un être formidable. 

Les vacances et les fêtes sont un moment privilégié pour remplir le réservoir de votre enfant, cependant penser à remplir le votre également. Chaque jour un moment pour vous, un moment de bien-être, un moment qui vous procure du bonheur, du plaisir, qui vous donne le sourire. 

Profitez également de ce temps de fêtes en famille pour pardonner et accepter que chaque parent fait de son mieux en fonction de sa propre histoire et de ce qui lui a été transmis. Vos parents ont fait de leur mieux. 
Semez les graines de bonheur et d'empathie, car comme le disait le grand Gandhi "Vous êtes le changement que vous souhaitez pour le monde." 

Je vous souhaite de partager des moments d'amour, de câlins, d'affection, de tendresse... de vous remplir d'ocytocine et de remplir vos proches de cette hormone de l'amour. 

Je vous envoie beaucoup de lumière et de chaleur en cette période de l'hiver. 

Je vous souhaite tout simplement de belles fêtes. 

image

21 décembre 2014

BEL HIVER

image

Posté par nolanhugo à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2014

MAINTENANT TU DORS!

Il fait la java dans son lit, il rigole.. bref, il ne veut pas dormir. Vous êtes fatigué et demain, il y a école... Il faut que cela cesse "Maintenant, tu dors!"

DU COTE DES PARENTS
Tout comme la nourriture, le sommeil est un sujet délicat. Nous savons à quel point il est important d'avoir son quota d'heures de sommeil, et nous nous inquiétons lorsque notre enfant ne dort pas suffisamment à notre goût.
Nous avons peur qu'il soit fatigué le lendemain, qu'il est du mal à se réveiller, des difficultés à l'école, des crises de rage...

L'ECOUTE DES BESOINS
Dormir, se nourrir, boire... sont des besoins de base. 
Petit, le nourrisson sait exprimer quand il a envie de dormir. Il arrive même que certains enfants s'endorment par terre, ou encore sur la chaise haute. Les enfants dorment quand ils en ressentent le besoin. 

"Très tôt ils vous font savoir que la situation qui consiste à s'endormir seuls n'est pas gérable pour eux. Ils ne peuvent pas s'endormir s'ils ne se sentent pas en sécurité et s'ils n'ont pas sommeil."
Catherine Dumonteil Kremer - Pour une nouvelle autorité sans punition ni fessée

Se coucher à 20h30 parce que le lendemain il y a école, ne correspond peut-être pas au rythme de votre enfant. Il aura du mal à s'endormir.
Faites confiance à votre enfant, il sait reconnaître ses signes de fatigue et écouter son corps, pour ainsi se connecter à ses propres sensations.

48639908_p


Mon fils aîné s'endort de plus en plus tard. Il est vrai que je m'inquiète pour lui, j'ai peur qu'il soit fatigué durant sa journée d'école, je stresse également à l'idée d'avoir une matinée difficile et que la journée commence dans une énergie négative.
Cependant, il s'agit là de MES peurs. De son côté, lui est confiant, il me confirme qu'il n'est pas fatigué, qu'il veut encore lire.
Alors je lui exprime mes inquiétudes "Je suis inquiète car j'ai besoin que tu dormes suffisamment pour être en forme demain à l'école. Cependant je te fais confiance et je te laisse la possibilité d'éteindre quand tu en sentiras le besoin."  Hier soir, il a éteint à 22h00. Il a bientôt 9 ans. Est ce tard? Est normal pour son âge? Je ne sais pas, mais ce que je sais c'est qu'il se connaît et écoute son corps.

Et puis, je me dis qu'il approche de l'adolescence. Durant l'adolescence, les hormones du sommeil, la mélatonine, sont sécrétées plus tard, vers 23h, c'est pourquoi nos ados n'arrivent pas à s'endormir tôt.

AIDER LA SECRETION DE MELATONINE
Forcer son enfant à s'endormir est, à mon sens, impossible, cependant nous pouvons l'accompagner et l'aider à se mettre dans des conditions de sommeil.
Je vous recommande de lire l'article "Comment aider un enfant à s'endormir?", cependant voici quelques pistes qui compléte l'article:

  • Baisser la lumière, pour aider le corps à sécréter de la mélatonine. Dans ce sens, je vous recommande d'éviter tout écran une heure avant le coucher.

  • La synchronisation pourra vous aider dans la détente de votre enfant: il s'agit de se câler à sa respiration pour créer un rythme commun. 

"Je me suis servie de cette technique pour calmer mes bébés lorsqu'ils pleuraient. Penser que le calme vaincra toujours l'agitation est trop simple. Lorsque nous sommes en colère, rien ne nous attise plus que la sérénité de notre interlocuteur. Alors, accélerer sa respiration pour rejoindre celle de l'enfant et se calmer ensemble petit à petit évite d'essayer de raisonner un bébé bien trop occupé à pleurer pour vous écouter."
Florence Servan Schreiber - Power Patate

  • Faire un moment de relaxation
    Vous pouvez vous aider des contes guidées.

    Ma formation de yoga pour les enfants m'a fait découvrir des relaxations nidra que j'adore faire avec mes enfants, et qu'ils me réclament réguliérement. Laissez vous aller à votre créativité pour guider ce moment de relaxation, le but étant de detendre l'enfant avec féerie. Vous pouvez vous accompagné d'une musique. Lentement, avec une voix douce, invitez votre enfant à rentrer dans la forêt magique:

    "Imagine que tu es dans une forêt magique, et il y a une fée qui réalise tous les rêves, quand elle va te toucher, tu t'endormiras profondément.... Endors-toi (tout en touchant doucement l'enfant) Tu es dans cette forêt, tu peux penser à une personne que tu aimes très très fort (vous pouvez donner des idées à l'enfant), et avec cette personne que tu aimes très très fort, tu imagines que tu fais quelque chose que tu ne peux habituellement pas faire... (laissez le temps à l'enfant) Cela te donne le sourire, beaucoup de plaisir, beaucoup de bonheur en toi..."
    Laissez l'enfant respirer profondément, réver, imaginer... 

 

Malgré tout cela, il n'arrive pas s'endormir. Peut-être à t'il quelque chose qui le bloque au niveau émotionnel. Prenez le temps de l'écouter, d'être près de lui, le laisser parler, décharger ce dont il a besoin...

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 décembre 2014

TU ES MECHANT!

Il vous tape, mord, ou encore il a des paroles dures du style « Je ne t'aime plus » ou pour les plus grand « Tu es con . Ce comportement est inacceptable, vous ne pouvez pas tolérer ceci et rester sans réaction, vous le sermonnez et vous lui dites « Tu es méchant ! »

DU COTE DES PARENTS
On vous attaque et automatiquement les réactions au stress s'enclenchent dans votre cerveau: attaque, fuite, inhibition. C'est donc la même réaction quand votre enfant vous tape, vous mord, vous insulte...
Peut-être même que cela réveille des mémoires passées, des situations similaires que vous avez pu vivre plus jeune. Votre enfant vous insulte, vous dit que vous êtes bête par exemple, peut-être avez-vous entendu ces mots durant votre scolarité et cela vous touche et réactive ces moments difficiles. D'où l'importance de prendre soin de son histoire personnelle, comme nous avons pu le voir dans l'article d'hier.

DU COTE DES ENFANTS
Un enfant petit ne fait pas ce geste dans le but de faire mal, il expérimente ou encore teste ses pouvoirs. Parfois les enfants vers 2 ans tapent ou mordent dans le but de repousser "l'obstacle", la personne qui gêne, tout cela sans méchanceté également.

Et parfois, ces gestes sont fait avec une vraie volonté de provoquer. Que se passe t'il?
Soit il cherche à avoir votre attention, ou bien il a été spectateur ou acteur de ce type d'évènement et il a besoin d'aide pour décharger ce qu'il a vécu.

L'ECOUTE DES EMOTIONS
"Tu sembles en colère" "Tu as l'air contrarié"... En formulant ce qui se cache derrière ce geste, l'enfant se sentira compris, entendu. Il se sentira alors apaisé.
Le contact l'aidera également à se calmer. S'il le souhaite vous pouvez le prendre dans les bras ou tout au moins poser une main sur lui ou bien le regarder dans les yeux avec un regard aimant.
Dans ce moment d'écoute, nous apportons compréhension et attention sans rapport de force.

« Quand je donne une conférence sur les émotions des enfants et que j'invite les parents à écouter les enfants, il y a souvent une personne dans la salle qui s'insurge « mais on ne peut pas tolérer n'importe quoi ! » Comme si les mots écouter et tolérer allaient de pair. Écouter les besoins des enfants reviendrait à tolérer tous leurs comportements, tous leurs excès. C'est exactement le contraire. L'écoute tend davantage vers la tolérance 0. Tolérer un comportement, revient à ne pas l'écouter et donc à ne pas y répondre ! L'intention du comportement n'est pas entendue. Développer la tolérance au sens de modifier nos seuils sensoriels, oui. Mais stop à la tolérance qui n'écoute pas les besoins. » Isabelle Filliozat – Les autres et moi

PROVOQUER L'ATTENTION
L'enfant a le droit d'être en colère, et il n'a pas le droit de s'exprimer de manière violente. Les émotions sont acceptables, le comportement ne l'est pas toujours. "Cela me fait mal quand on me mord"
Derrière ce comportement, l'enfant cherche à provoquer l'attention, à montrer qu'il existe et qu'il a besoin de nous. On pourrait traduire ce geste par "papa, maman, j'ai besoin de toi, prends du temps avec moi".
L'enfant cherche donc à avoir des moments privilégiés avec ses parents, il a son réservoir affectif probablement vide, et il a besoin qu'on le remplisse.
Jeux de société, jeux de chahut, moments  de danse, moments en tête à tête, massages... rempliront son réservoir et l'aidera à s'apaiser.

"Nous focalisons sur son comportement qui nous inquiète ou nous contrarie au point que nous ne pensons plus à recourir au jeu pour solutionner le problème."
Lawrence Cohen - Qui veut jouer avec moi?

DECHARGE DES MOMENTS VECUS
Rejouer la scène permet de surmonter un incident traumatique. Il a vu un copain se faire taper, il a été traité de "con"... Ces scènes l'ont profondément touché, il ressent une intense tension à l'intérieur de son corps, et cherche à évacuer ces moments difficiles.

"La fillette ne joue pas au docteur pour s'amuser (ce qui n'empêche pas qu'elle s'amuse) mais dans un but précis: revivre l'épisode pénible en laissant cette fois libre cours aux émotions de peur - probablement par le rire. Voilà pourquoi les enfants jouent à ce type de jeux encore et encore sans jamais se lasser."
Lawrence Cohen - Qui veut jouer avec moi?

Dans une nouvelle autorité sans punition ni fessée, Catherine Dumonteil Kremer explique que sa fille avait subi la "période morsure" d'un autre bambin, et quelques jours plus tard, malgré sa "surveillance rapprochée", parce qu'elle savait que ça allait arriver, sa fille a mordu un autre enfant. 
Dans ce cas là, elle recommande d'expliquer de nouveau à l'enfant que les morsures font mal, écouter l'enfant "Montre moi, oh elle t'a fait mal", et s'excuser et se consacrer également aux sentiments des parents 

image

Grace à la compréhension et à l'affection, l'enfant se sentira en confiance. Il apprend, il imite et au fil du temps les colères vont diminuer. 

« Plus le parent est dur, rigide, non compréhensif, plus l'enfant ressent de la colère contre le parent. Il peut devenir réellement agressif. Il va faire subir aux autres ce qu'il a subi, c'est-à-dire les dominer, les soumettre par la force, l'humiliation. La provocation devient sa manière d'être et sa façon d'attirer l'attention et l'affection du parent. »
Catherine Gueguen – Pour une enfance heureuse

Posté par nolanhugo à 06:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,



Fin »