J'ai très envie de vous partager cette histoire inspirante d'un de mes clients / locataires qui habite sur la résidence où je travaille. 
Son nouveau statut de retraité ne lui permettait pas de garder son logement de type T5, qu'il occupait depuis 20 ans. Il devait prendre un logement avec un loyer moins élevé. C'est comme ça qu'il a dû déménager dans un studio. 

Déménager d'un T5 de presque 90 m² à un studio de 30m²: une sacré aventure!
Tris et désencombrement ont été son quotidien pendant plus d'un mois. 

Toutefois, le soucis étant que ce monsieur était très attaché aux objets. Chaque objet avait son histoire, qu'il prenait plaisir à raconter. 
Il m'a parlé pendant 30 minutes de ces 100 chemises: une venait de Hawaï et était unique, une autre offerte par son ami d'enfance Christian Audigier, celle là ramenée de "son" île en Afrique. 
Il faut dire que ce monsieur, ancien steward, a pu énormément voyager et il a vécu de nombreuses années en Afrique. Sa vie semble pleine d'aventures c'est un plaisir de l'écouter. Et chaque petit détail de son appartement lui rappelait ses aventures. 
Il a eu énormément de mal à se séparer de tous ces objets. Il a essayé d'en vendre quelques uns, il a fait énormément de dons... 

A la veille de son état des lieux et sa remise des clès, il y avait encore une monticule d'objets dont ils n'arrivaient pas à se défaire. 
Et... il a fallu fermer la porte de ce logement et qu'il se lance dans sa nouvelle vie et son studio. 

desencombrement

Cela fait un bon mois qu'il a emménagé et hier il m'a partagé des paroles d'une incroyable sagesse. Lui, ce monsieur aux 100 chemises me disait qu'il était heureux, qu'il avait oublié tous ces objets qui l'encombraient depuis des années, qu'il aurait du faire ce choix depuis des années. 
Il a même ajouté qu'il se sentait libre, comme lorsqu'il vivait en Afrique et qu'il pouvait partir à tout moment. En effet, à l'époque, sa vie, ses affaires étaient contenus dans un sac. 

Moralité de cette histoire, dans cette malheureuse société de consommation qui nous créer des besoins et nous fait croire que cela va changer notre vie, nous sommes, au contraire, bien plus heureux avec le minimum, car l'essentiel est bien ailleurs. Tout le monde détient ce qui est le plus important pour acquérir le bonheur, c'est juste à l'intérieur de nous, il suffit juste de le voir et pour cela ne plus être encombré par des tas d'objets. 

Alors place au désencombrement! 
Et si vous commenciez aujourd'hui? 
Un tiroir, une étagère... commencez par des petits pas, un peu chaque jour. Vous allez ressentir rapidement les bienfaits de ne garder que l'essentiel. 

Je vous recommande fortement de lire le livre de Dominique Loreau sur ce sujet, il vous aidera à vous relier à l'essentiel. 
L'art de l'essentiel 
j'ai lu 
6.90 €
Commander ICI