Les émotions font partie de nous, notre vie. Nous sommes envahis à longueur de journée par nos émotions. Nous n'avons pas de contrôle sur elles, mais nous pouvons apprendre à la gérer.

Arriver à gérer ses émotions ne signifie pas les dompter, les étouffer, ne plus les ressentir. Il serait même dangereux de les ignorer.
A force de garder en soi ses émotions, nous n'arrivons plus à les gérer, la tension monte et explose (cris, larmes, panique...) telle une cocotte minute.
Sandrine explique, dans son blog ScommC, l'effet néfaste de la "carte de fidélité".

"Gérer ses émotions" n’implique pas de les contrôler et de les combattre mais au contraire, de savoir les accueillir et tenir compte du message qu’elles véhiculent.

Notre société laisse très peu de place à l'expression de ses émotions. On ne parle pas de ses joies, ses envies, ses peurs, ses doutes, sa solitude... C'est encore plus difficile avec nos enfants. Cependant, il est important d'exprimer ses émotions, de les partager avec les autres membres de la famille qui pourront ainsi comprendre notre état.

"Prendre le temps de partager son état du moment, son émotion, à notre entourage, c'est donner à chacun une chance d'adapter son comportement."
J'arrête de râler sur mes enfants {et mon conjoint}


Nous connaissons peu le langage des émotions. Il est difficile de les identifier, les verbaliser et donc de les partager.
Prenez le temps de ressentir ce qui se passe en vous (sensation physique) afin de pouvoir les reconnaître et ensuite les formuler.

Le "message-je" (outil n°1) pourra vous aider à parler de vous. Je suis furieux, agacé, frustré, déçu, inquiet... A force de pratique, vous pourrez exprimer, dès les premières sensations, votre émotion.

Je vous recommande de (re)lire des billets sur le thème des émotions:
- Exprimer ses sentiments vous trouverez dans ce billet des listes pour vous aider à reconnaître vos émotions
- La colère à quoi ça sert? Un billet complet pour comprendre la colère et l'exprimer de manière saine
- Le petit pois une manière imagée de partager notre degré de patience avec nos enfants

 "Partager ce que l'on ressent est une façon indirect de dire à l'enfant "Tu es normal", "ça arrive à tout le monde". C'est en parlant d'eux, que les adultes donnent à l'enfant à la fois confiance en eux et en lui. En ne disant rien de leur pensées intimes, de leurs émotions, ils creusent le fossé dans la relation."
Isabelle Filliozat - L'intelligence du coeur

 

outil-3